Un projet ? Ou simple conseil ?
Par tél : 06 73 98 59 66
Contactez-nous !
  • Facebook Social Icon

Lodes (31)

1ère maison passive certifiée de Midi-Pyrénées (2014)

Concrètement en chiffres
Contexte et origine du projet

Olivier Batmalle est charpentier et il a découvert le concept du passif à la suite d’une expérience professionnelle en Allemagne. Il a alors souhaité construire une maison écologique, saine et économe sur le plan énergétique et construire en passif est alors devenu une évidence.

Cette maison devait servir de résidence familiale (un couple et 2 enfants) mais aussi de support à son expérience professionnelle et de maison témoin en faveur du standard passif.

Le projet a consisté à construire une maison passive calée sur les prix du marché, démontrant le bon fonctionnement et la faisabilité de ce concept dans la région.

Les contraintes du PLU (pas de toit plat, des façades pas toutes habillées de bardage bois, limite d'implantation) n’ont pas posé de problème pour cette maison.

La forme de la maison est volontairement simple pour être économique et aussi parce que cette simplicité est rendue obligatoire du fait de la rigidité du mode de calcul pour le label comme pour la réglementation thermique dans la mesure où, en France, on confond encore réglementation et performance énergétique.

La maison, de forme simple, a ses principales ouvertures au sud et le garage est intégré dans l’enveloppe du bâtiment.

La construction est en bois, technique de construction maîtrisée par le constructeur, ce qui permet aussi une préfabrication des parois en atelier avec l’isolant inséré dans l’épaisseur de la structure porteuse.

L’ossature bois de 22 cm est isolée de ouate de cellulose et fermée des deux côtés par un panneau OSB de 15 mm, à l’intérieur (ce qui constitue l’épaisseur minimale de ce matériau afin d’être étanche à l’air selon le standard passif), et par un panneau en fibre de bois de 60 mm, à l’extérieur.

La finition extérieure est constituée d’un bardage bois ou d’un panneau composite. A l’intérieur, la contrecloison technique de 60 mm est isolée et fermée par une plaque de Fermacell.

La toiture est composée de fermettes industrielles. Les combles ne font pas partie du volume chauffé et sont isolés avec 40 cm de ouate de cellulose.

Au sol, la dalle de béton est sur vide sanitaire coulé. Elle est constituée par des poutrelles, des entrevous en polystyrène, de 10 cm d’isolant (panneaux de polyuréthane), d’une chape liquide de 60 mm et de carrelage.

Les menuiseries sont de type Smartwin, mixte bois-aluminium à triple vitrage.

La consommation finale d’électricité de la maison (4 personnes) s’est élevée à 1 228 kWh sur la période allant de juillet 2017 à juillet 2018 et à 1 595 kWh pour l’année précédente, soit une moyenne annuelle de 1 411 kWh, ce qui donne un ratio de consommation d’énergie finale de 12,4 kWh/(m².an).

La dépense annuelle en électricité est de 295 € pour la période juillet 2017 – juillet 2018, soit 24,5 € par mois en moyenne.

A noter la répartition de cette dépense électrique, la consommation elle-même représentant 39 % de la dépense, l’abonnement 30 % et l’ensemble des taxes 31 %.

La courbe de consommation mensuelle indique aussi que le besoin de chauffage est de l’ordre de 20 kWh par mois pour 6 mois de chauffage, soit l’équivalent de 1 kWh par m² et par an. 

La ventilation est assurée par un système compact, combi Genvex 185. Celui-ci prend en charge la ventilation avec récupération de chaleur et la production d’eau chaude sanitaire. Le système comprend une pompe à chaleur qui extrait les calories restantes dans l’air vicié extrait de la maison et qui complète le chauffage de l’eau chaude sanitaire ou de l’air entrant selon les besoins.

La ventilation est couplée à un puit canadien hydraulique enfoui à 2 m. de profondeur et de 50 m. de long. Il contribue, selon les saisons, à réchauffer ou à refroidir l’air entrant dans la maison. Une sonde de température extérieure commande automatiquement le bypass du puit canadien.

En appoint de chauffage, une batterie électrique est également prévue sur la VMC double-flux au cas où ce système ne suffirait pas (si la température descend au-dessous de 20°C). La maison comprend aussi un sèche-serviette électrique dans la salle de bains.

La régulation est assurée par le système Genvex qui gère l’ensemble en fonction de la température de consigne.

Un raccordement est prévu pour des panneaux solaires qui pourront être installés ultérieurement.

Les surchauffes estivales sont limitées grâce au puit canadien, aux volets extérieurs, à la casquette côté sud et à l’inertie de la maison.

Enfin, une cuve de 10 000 L. a été installée pour la récupération des eaux pluviales, cette eau servant à l’arrosage du jardin et à l’alimentation des WC.

Quant à l’éclairage, il est assuré par des LED.

Le coût de construction s’est élevé à 180 000 € soit 1 600 € par m² habitable.

Projet architectural
Caractéristiques de l'enveloppe
Performances énergétiques
Systèmes techniques
Coût
En détail les plans du projet...